C'est un texte que je n'ai pas écrit, mais que j'ai traduit et publié il y a très longtemps sur mon premier blog...mais je pense qu'il a sa place ici.


Vous avez sans doute, comme moi, vu des images représentant des porteurs d'eau chinois? Vous savez, ils ont en général deux seaux ou autres récipients attachés par une corde sur un morceau de bois qu'ils portent sur leurs épaules ( je le reconnais, mon explication n'est pas des plus claires, mais je crois que vous savez de quoi je veux parler...).

Eh bien imaginez-vous un de ces porteurs, justement, qui peine tous les jours avec ses seaux d'eau sur un chemin de campagne, en parcourant les deux kilomètres qui séparent sa maison de la rivière... Notre pauvre porteur fait le chemin parfois plusieurs fois par jour affublé de ses seaux sans jamais se plaindre.
Oui, mais voilà, un de ses seaux est percé et le brave homme à chaque parcours ne ramène qu'un seau plein et à peine la moitie de l'autre récipient.
Alors le pauvre seau fêlé se sent coupable, il en discute même avec l'autre seau qui le regarde de haut, lui, si parfait, lui qui ramène toujours à bon port toute l'eau puisée dans la rivière...Alors n'y tenant plus, notre seau finit par interpeler le porteur:

- "Cela ne peut plus durer, quand je vous vois parcourir cette route pleine d'embûches toute sinueuse pour finalement perdre la moitié de votre eau en route, j'ai honte...Vous devriez vous débarrasser de moi et prendre un seau sans défaut qui vous servirait bien mieux...."

Le porteur d'eau le regarda un moment, puis lui répondit:

-" Cela fait des années maintenant, que je peine sur ce chemin pour amener de l'eau à ma famille, je sais bien que tu es percé et que la moitié de ton eau est perdue en route...mais as-tu remarqué que de ton côté , j'ai semé des fleurs? Ces petites fleurs ne sont là que grâce a toi, si tu étais parfait, elle mourraient sans eau et je n'aurais pas le bonheur de les contempler chaque jour, or ces taches de couleur sur le bord du chemin, c'est ce qui fait que mon fardeau est moins lourd, que mon effort est moins pénible...et c'est a toi que je dois ce bonheur, alors je ne t’échangerai pas pour tout l'or du monde car tu n'as pas de prix."

Voila, c'est une petite histoire sans prétention, mais j'aimerais qu'elle rappelle a tous ceux qui doutent un jour, que les défauts que nous nous trouvons dans le miroir sont souvent invisibles pour ceux qui nous aiment...je dirais même que la ou nous voyons un défaut, la personne qui nous aime vraiment verra une qualité. Alors arrêtez de vous torturer, et si on vous dit que vous n’êtes qu'un seau percé, et bien partez, et allez plutôt chercher la personne pour qui ça vaudra la peine de faire pousser des jolies fleurs tout au long du chemin...

Ne changez pas, cherchez plutôt la personne qui vous aimera "juste comme vous êtes"